Après 2 ans à vous informer sur les enjeux de la lutte écologique, nous avons besoin de votre soutien.

La nouvelle armée écologique

12/01/2024

Écrit par :

Lucile Petitjean

Photos de :

Aurèle Castellane

Sarah Leveaux

Clément lopez

Blindés et lignes de CRS sur l’autoroute en face d’un manifestant, Maurienne, juin 2023
Photo  : Aurèle Castellane| @broth_earth

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les forces de défense sont bien renseignées sur les questions d’écologie et de changement climatique. Elles prennent en compte à la fois leur impact sur le climat et les conséquences de son changement sur leurs activités. L’objectif pour l’armée n’est cependant pas d’enrayer la menace écologique, mais bien de faire avec. Elle tente de se préparer dès aujourd’hui à la guerre de demain, dans des milieux changeants et une multiplication des catastrophes naturelles. Surtout, les armées tentent de faire accepter les guerres à la population, en les rendant plus vertes et plus humaines qu’elles ne sont. Pourtant, la guerre la plus écologique est celle qu’on ne fait pas.
La guerre la plus humaine est celle qu’on ne perpétue pas. Les guerres sont parfois le seul moyen pour un peuple d’être entendu et de s’auto-déterminé. Le plus souvent, elles sont perpétrées au nom d’une souveraineté fantoche pour protéger des frontières, ou pour servir des puissant.es qui continuent d’opprimer. Cet article s’intéresse aux stratégies développées par l’armée, notamment française, pour prendre en compte le changement climatique dans sa stratégie future et pouvoir continuer à tuer dans le monde de demain.

"[...] La guerre la plus humaine est celle qu’on ne perpétue pas."

Retrait des CRS après une charge pendant une manifestation contre la réforme des retraites, Lyon, janvier 2023
Photo : Aurèle Castellane | @broth_earth

La stratégie française « Défense et Climat »

Face aux conséquences climatiques de la guerre et à un monde en constante évolution, l’État français a décidé d’adapter son armée aux enjeux de demain. Le Ministère des Armées pousse par exemple la recherche dans le domaine de l’environnement pour mieux comprendre les conséquences des crises écologiques sur les activités militaires. En somme, il est question de continuer à faire la guerre « comme avant », en se préparant au contexte d’urgence climatique.

La stratégie « Défense et Climat » donne aussi une direction à cette adaptation de l’armée française. Celle-ci sera techno-solutionniste, ou ne sera pas. Eco-conception des armements, camps militaires 2.0 moins gourmands en ressources et plus autonomes, véhicules électriques… L’armée voit grand et tous les secteurs passent au crible de l’innovation technique et technologique. Ce ne sont donc pas les missions militaires qui sont revues et adaptées, mais bien les moyens d’effectuer ces missions. Les nouvelles technologies et la géo-ingénierie ont une place importante dans la recherche de solutions. Elles devront assurer l’avenir des forces armées.

Portrait plain-pied d’un gendarme avec son lanceur de grenades lacrymogènes sur la manifestation NO-TAV, Maurienne, juin 2023
Photo : Aurèle Castellane | @broth_earth

Portraits de policiers pendant une charge, Lyon, janvier 2023
Photo  : Aurèle Castellane | @broth_earth

Dans cette feuille de route du Ministère des Armées, une place importante est accordée à la transition énergétique. Aujourd’hui, 75% de la consommation d’énergie du ministère concerne la mobilité. Et les forces de défense sont accros au pétrole ! La guerre en Ukraine avait mis un coup d’arrêt à son exploitation, rendant la dépendance criante et d’autant plus problématique. La transition vers les énergies renouvelables est bien la clé de voûte de la verdisation de l’armée française. Mais l’enjeu n’est pas tant écologique que géopolitique.

Faire la guerre, c’est dégrader l’environnement

La maîtrise du terrain où se déroule les conflits est souvent stratégique. Il est donc intéressant pour les armées en présence d’en prendre le contrôle. L’utilisation de l’Agent Orange par les États-Unis lors de la guerre au Viêtnam suivait cette logique. C’est ainsi que 80 millions de litres de cet herbicide surpuissant, aux conséquences dramatiques pour la santé humaine, ont été déversés.

Manifestant.es devant le cordon de sécurité des CRS devant une méga-bassine, Sainte-Soline, mars 2023
Photo : Clément Lopez | @clementlopez.jpeg

L’objectif était clair ; décimer la végétation locale, et notamment la mangrove, pour ressortir vainqueur du combat. Car les soldats américains évoluaient dans un environnement hostile que les habitant.es au contraire connaissaient bien, les laissant désavantagés. Reprendre le contrôle sur la nature, c’était s’assurer un point d’avance. Ces molécules créées et commercialisées par Monsanto ont par la suite ouvert la voie au RoundUp, un pesticide extrêmement controversé.

La perspective du changement climatique modifie tout de même une partie des objectifs que se fixe l’armée française notamment.
Avec l’augmentation de la fréquence des événements naturels catastrophiques, l’armée se projette en sauveuse des sinistré.es. Elle se donne pour mission d’intervenir de plus en plus souvent sur les sujets d’aide aux victimes de sinistres. La communication des forces de défense vise à faire accepter la guerre de demain, en la faisant passer pour écologique et humaniste. C’est sans compter les incidences de l’armée elle-même et des guerres qu’elle perpétue partout dans le monde sur les vies humaines et l’environnement.

Policiers se protégeant de jets de pierres derrière leurs blindés sur la manifestation NO-TAV, Maurienne, juin 2023
Photo  : Aurèle Castellane | @broth_earth

" Les conflits laissent après eux des paysages désolés et minés de métaux lourds du fait des balles, bombes et autres débris."

La loi de 2017 sur le « Devoir de vigilance » oblige les entreprises d’une certaine taille à prévoir et prendre en compte les risques de leur production sur l’environnement et les droits humains. Ironiquement, elle s’applique aussi à l’industrie de l’armement. Cette loi est d’ailleurs décriée au sein de l’armée. Dans le numéro 854 de la Revue Défense Nationale, on peut lire au sujet de la nouvelle proposition de directive européenne concernant le devoir de vigilance : « si le texte est adopté tel quel, attendons-nous à ce qu’il fasse barrage à l’exportation d’armements vers certains pays au nom du droit climatique comme des droits humains ».

Colonnes de la mairie de Villeurbanne tombant sur des CRS, Villeurbanne, février 2023
Photo : Aurèle Castellane | @broth_earth

Militant clown devant une rangée de CRS pendant la manifestation Bayer-Monsanto, Lyon, mai 2022
Photo  : Sarah Leveaux | @sarah.lvox

L’impact des armées et des guerres sur le climat est en réalité loin d’être négligeable, et ne concerne pas seulement les émissions de GES. Car si les armées sont responsables de 5% des émissions mondiales, elles sont aussi la source d’importantes consommations de ressources, parfois rares ou difficiles à exploiter. La fabrication de l’équipement militaire ou des bombes et autres armements ont un coût écologique lourd. Les conflits laissent après eux des paysages désolés et minés de métaux lourds du fait des balles, bombes et autres débris. Finalement, beaucoup de produits climaticides ont d’abord été inventés pour le compte de l’armée, avant de passer dans l’usage commun.

Par essence, la guerre est une activité dévastatrice pour les populations mais aussi les lieux et les écosystèmes où elle se déroule. Les forces de défense tentent d’atténuer leur impact sur l’environnement, sans pour autant remettre en question radicalement les objectifs qu’elles se sont fixées.

Nos sources

Lenoir, N. (2022). Industries et marché de l’armement contre le changement climatique. Revue Défense Nationale, 854, 33-38. https://doi.org/10.3917/rdna.854.0033

Thompson, H. (2022). Le front de la guerre verte. GREEN, 2, 12-18. https://doi.org/10.3917/green.002.0012

Perret, H. & Laurent, M. (2022). Chapitre 12. La politique environnementale du ministère français des Armées. Dans : Nicolas Regaud éd., La guerre chaude: Enjeux stratégiques du changement climatique (pp. 189-206). Paris: Presses de Sciences Po. https://doi.org/10.3917/scpo.regau.2022.01.0189

Maisonneuve, C. (2022). Chapitre 13. Opérations d’armement: De l’éco-conception à l’adaptation au changement climatique. Dans : Nicolas Regaud éd., La guerre chaude: Enjeux stratégiques du changement climatique (pp. 207-220). Paris: Presses de Sciences Po. https://doi.org/10.3917/scpo.regau.2022.01.0207

Lobry, D. (2017). Les implications pour la défense du changement climatique. Revue Défense Nationale, 797, 91-95. https://doi.org/10.3917/rdna.797.0091

Ministère des Armées (2022). Les armées doivent se préparer aux conséquences du changement climatique. https://www.defense.gouv.fr/actualites/armees-doivent-se-preparer-aux-consequences-du-changement-climatique

Ministère des Armées (2023). Changement climatique : quels impacts sur les armées françaises ? https://www.defense.gouv.fr/actualites/changement-climatique-quels-impacts-armees-francaises

Esteve A. (2022, 12 octobre). Comment les armées intègrent-elles les enjeux climatiques et énergétiques dans leur stratégie ? Conférence INSERM https://www.youtube.com/watch?v=cEbmT4GM8bk

Weir D. (2023). The climate costs of war and militaries can no longer be ignored. the Guardian. https://www.theguardian.com/commentisfree/2024/jan/09/emission-from-war-military-gaza-ukraine-climate-change

Nos autres reportages

Newsletter Sendinblue

Commentaires récents

Aucun commentaire à afficher.
Latest Events
Ads
Event Search

You should choose a search result page. You can choose the page from the Theme Options > Events > Event Search Results Page option.